22 Route de Chauny, 80400 Ham +33 3 23 81 16 80 Fermé pour l'instant Horaires d'ouverture
Lundi 08h45 - 12h15 / 14h00 - 19h15
Mardi 08h45 - 12h15 / 14h00 - 19h15
Mercredi 08h45 - 12h15 / 14h00 - 19h15
Jeudi 08h45 - 12h15 / 14h00 - 19h15
Vendredi 08h45 - 12h15 / 14h00 - 19h15
Samedi 08h45 - 19h00 / Sans interruption
Dimanche Fermé
Notre pharmacie est fermée ?
Trouvez une pharmacie de garde :
RésoGardes

Prescription pharmaceutique : une proposition de loi en cours

01 Mars 2019

Le projet sera discuté à l'Assemblée nationale en mars.
Et cette fois-ci, il a de grandes chances d'être adopté, puisqu'il est porté par la majorité.

Selon France Info, le député Thomas Mesnier (LREM), rapporteur du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, va déposer un amendement autorisant les pharmaciens à délivrer en urgence des médicaments à prescription médicale obligatoire.

Au micro de France Info, Carine Wolf-Thal, présidente du conseil national de l’Ordre des pharmaciens, explique :

« Ce que nous proposons, c'est que les pharmaciens dans des pathologies qu'on va dire bénignes ou des petites urgences, type cystite, conjonctivite, dermatite inflammatoire puissent délivrer un médicament qui est normalement prescrit par un médecin. »

Ce qui encadrerait et sécuriserait une pratique déjà bien répandue pour dépanner les patients.

Toutefois, la liste des pathologies et les règles de délivrance restent encore à préciser.

Un amendement similaire avait été débattu en octobre dernier, au moment du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019, pour finalement être rejeté.

Sous le feu d'une opposition catégorique des médecins.

Suite à son intervention sur France Info concernant l’amendement sur la prescription pharmaceutique au projet de loi de Santé, Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’ordre des pharmaciens, a organisé un point presse cet après-midi pour préciser la position ordinale.

« C’est une proposition que nous soutenons depuis un certain temps et notamment au moment du PLFSS. L’Ordre considère qu’il s’agit d’une vraie problématique liée à l’accès aux soins et aux soins non programmés », a-t-elle déclaré.

La présidente de l’Ordre a rappelé qu’il n’était « pas question d’écarter les médecins » mais de proposer « une solution concrète .

Source : lemoniteurdespharmacies.fr

Retour à la liste

Ne manquez aucune de nos revues de presse en vous inscrivant à notre newsletter ou en nous suivant sur Facebook :

Newsletter acebook